Publié : 3 novembre 2013

La rue du Président Wilson et le quai George V / Die Straße Staatspräsident Wilson und der Kai George I.

Délibération du conseil municipal du Havre – Séance du 30 juillet 1918
N°23 – Dénomination de rues en faveur des Alliés. Ratification.

M. Maillart, Conseiller délégué – Vous avez décidé dans votre séance du 25 juin dernier de donner le nom de M. le Président Wilson à l’une des voies principales de notre Ville. Vous avez aussi unanimement reconnu que l’hommage rendu à nos alliés et amis d’Amérique ne devait pas être isolé, et qu’il convenait que ceux de nos Alliés, Anglais et Belges, qui combattent à nos côtés, depuis les premières heures de la lutte et qui ont une Base dans notre Ville, fussent honorés en même temps.
Déjà, dans votre séance du 6 novembre 1914, vous avez donné le nom d’Albert Ier au Boulevard Maritime et rendu ainsi à l’héroïque Nation belge et à son souverain le tribut de notre reconnaissance.
Il restait donc à rendre hommage, en même temps qu’à M. le Président Wilson, au chef de la Grande Nation britannique, S. M. George V .
Votre Commission de la Voirie, qui avait été chargée de déterminer les voies qui recevraient une dénomination nouvelle, a porté son choix sur deux voies importantes : le quai d’Orléans et la rue d’Etretat.
En son nom et au nom de l’Administration, j’ai l’honneur de vous prier de décider que le quai d’Orléans sera désormais dénommé « quai George V » et que la rue d’Etretat, depuis la place de l’Hôtel-de-Ville jusqu’à la rue des Gobelins, sera dénommée « rue Président Wilson ».
Il est intéressant de noter que ce n’est qu’en 1855 que la rue d’Etretat a pris cette dénomination dans son intégralité ; antérieurement, elle portait le nom de « rue des Fossés », précisément dans la partie à laquelle nous vous proposons de donner le nom du Président Wilson.
Le choix de votre Commission est entièrement justifié, tant en raison de l’importance des voies dont il s’agit – lesquelles comptent parmi les voies les plus fréquentées de notre Ville – que du fait que, depuis le début des hostilités, elles n’ont cessé l’une et l’autre d’être parcourues par les troupes anglaises et aujourd’hui américaines, arrivant dans notre ville ou la quittant.
Les dénominations nouvelles, en même temps qu’un hommage à des nations alliées et amies, constitueront donc un souvenir effectif de l’histoire de notre Ville.
Les dénominations actuelles, par contre, n’évoquent pas de souvenir historique digne d’être retenu. Le quai d’Orléans rappelle la famille d’Orléans. Successivement « quai d’Orléans » de 1830 à 1848, « quai du Commerce de 1848 à 1851 », il reprit sa dénomination primitive à partir de cette date.
Le changement de dénomination du quai d’Orléans en totalité et de la rue d’Etretat en partie ne paraît donc devoir soulever aucune objection, et nous espérons que le Conseil sera unanime à ratifier les choix de sa Commission.
Ultérieurement, l’Administration saisira le Conseil de propositions tendant à ce que, par un même vote, un hommage public soit rendu aux diverses Nations qui combattent à nos côtés l’Allemagne et ses Alliés.

M. Beurrier – Je désire demander, afin qu’il ne soit pas apporter de troubles au point de vue commercial, qu’aucune modification ne soit faite en ce qui concerne les numéros des immeubles de la rue d’Etretat. La partie de la rue, qui continuera de se dénommer rue d’Etretat, commencerait au n°85.

M. Déliot – Ce ne pourra être que provisoire.

M. Maillart, Conseiller délégué – Il a été décidé, en commission que, provisoirement, on s’en tiendra au « statu quo » réclamé par M. Beurrier.

M. Meyer – J’étais présent à la Commission et je dis que la question n’a pas été tranchée d’une façon définitive. L’idée émise par M Beurrier a bien été examinée, mais nous avons vu à son adoption un inconvénient. Quand on indiquera à quelqu’un, qui ne sera pas au courant de la situation, le commencement de la rue d’Etretat, il sera assez embarrassé, puisqu’il ne trouvera pas de numéros au-dessous de 85.
En outre, le tronçon de rue qui portera le nom de rue d’Etretat sera assez restreint.

M. Maillart, Conseiller délégué – Il a au moins 100 mètres de longueur.

M. le Maire – On peut laisser provisoirement les choses en l’état.

M. Maillart, Conseiller délégué – S’il en résulte des inconvénients, on ne tardera pas à les constater.

M. Déliot – C’est surtout pour les étrangers qui ne connaissent pas notre Ville et qui voient le n°85 au commencement d’une rue.

M. Bricka – On sera obligé de changer les numéros plus tard.
En effet, si un étranger sait qu’une personne demeure à l’entrée de la rue et qu’il voie(sic) le numéro 85, il sera assez embarrassé.

M. Lang – J’avais compris que c’était toute la rue d’Etretat qui devait changer de nom.

M. le Maire – Non, la partie entre la place de l’Hôtel-de-Ville et la rue des Gobelins seulement.
Je mets au voix.

Les propositions de l’Administration et de la Commission de la Voirie sont adoptées à l’unanimité par le Conseil.