Publié : 3 septembre 2013

[1924-1] Le Havre : Première commémoration au Monument de la Victoire / Erste Gedenkfeier am Siegesdenkmal

Source / Quelle : AMH - 4Mi426

Le Petit Havre 44e année n°15769 Mercredi 12 novembre 1924

L’anniversaire de l’armistice au Havre

Devant le Monument de la Victoire

L’anniversaire de l’armistice, c’est une fête ; c’est une manifestation de joie patriotique. Mais la tâche de la paix paraît si difficile, et comporte tant de malentendus, d’incertitudes et de désillusions, que le 11 Novembre ne peut être une date uniquement évocatrice d’agréables pensées et de douces espérances.
Et puis, en un tel jour, on ne saurait oublier que beaucoup d’hommes jeunes sont partis avec espoir et confiance, ont supporté maintes épreuves, maintes souffrances et ne sont pas revenus.

C’est pourquoi l’A.M.A.C. Et les autres Sociétés d’anciens combattants se doivent, à l’occasion de l’anniversaire de l’Armistice, prendre l’initiative d’un hommage pieux auquel la population toute entière s’associe d’un même cœur ému et reconnaissant.
C’est pourquoi un imposant cortège partit, hier vers 11 heures, de l’Hôtel de Ville pour gagner la Place Gambetta où se dresse le Monument de la Victoire. Derrière la « Société Havraise de tambours et clairons et Réveil des Anciens Réunis », directeur M. Adde, et la « Fanfare Gravillaise », directeur M. Le Flem, on remarquait un grand nombre de délégations patriotiques avec leurs drapeaux et divers autres groupements.
Citons, un peu au hasard, les Sociétés qui participèrent à la manifestations : Association des Mutilés et Anciens Combattants de la grande guerre ; Ligue des Poilus ; Section de la Fédération des Combattants Belges ; Anciens du 329e d’infanterie ; Anciens du 24e territorial : Officiers de réserve ; Chefs de section et soldats combattants ; L’Entr’aide belge ; Société italienne de secours mutuels ; Vétérans des armées de terre et de mer ; Combattants de Gravelotte 1870-71 ; 3e bataillon du 50e Mobile ; Médaillés militaires ; Cols Bleus ; La Flotte ; Cercle wallon belge ; le Patronage Laïque de Graville, etc., etc.
Au rythme des morceaux exécutés par les sociétés musicales, le cortège arriva devant le Monument de la Victoire, autour duquel il y avait une très nombreuse assistance.
En face du monument étaient massés un bataillon du 129e d’infanterie, avec le drapeau mutilé et la musique, et une section de fusiliers marins.
Les délégations diverses se groupèrent à leur tour et les drapeaux se placèrent au pied du monument.
Signalons au premier rang de l’assemblée les notabilités suivantes :
MM. Jozon, sous-préfet du Havre ; Acher, vice-président ; le docteur Profichet et Dubosc, membres du Conseil général ; Bricka et Lafaurie, vice-présidents de la Chambre de Commerce ; les membres du corps consulaires ; le capitaine de vaisseau du Petit-Thouars, commandant d’armes ; le colonel Le Hagre, du 129e d’infanterie ; le lieutenant-colonel Weiler ; Baudoin, administrateur en chef de l’Inscription maritime ; David, président du Tribunal Civil ; Valade, juge au siège ; Arnaudtizon, président ; Arsène Leconte, Brument et Brot, membres du Conseil d’arrondissement ; C. Le Grand, proviseur du Lycée ; Edde, directeur général de l’Agence de la Compagnie Générale Transatlantique ; Le Prince, président du Conseil d’administration de la Compagnie Normande de Navigation ; Savigny, agent général des Chargeurs Réunis ; Pierre Tauzia des Lespin, ingénieur-directeur des Tabacs.
La cérémonie prévue a lieu après l’arrivée de la Municipalité. Les adjoints au maire du Havre, MM. Lang, Patrimonio, Salacrou, Buchard, Labelle, Constantin et Allan, sont accompagnées de M. Barbey, conseiller technique au sous-secrétariat de la marine marchande, et de la plupart des autres conseillers municipaux.
Tandis que la musique du 129e, brillamment dirigée par son chef, M. Monière, se fait entendre, une magnifique couronne est déposée au nom de la Ville du Havre.
Puis, annoncée par le voix grave du canon, c’est la minute traditionnelle de recueillement. Les étendards s’inclinent ; les milliers de personnes rassemblées s’immobilisent ; tous les cœurs communient dans une même pensée de gratitude touchante et de piété patriotique.
Le canon marque la fin de ce recueillement si émouvant en sa simplicité.
Alors la musique joue La Marseillaise, et des couronnes, des palmes ou des gerbes de fleurs sont déposées au pied du monument commémoratif, par M. Lester Maynard, consul des Etats-Unis, et les représentants de l’A.M.A.C., de la Ligue des Poilus, des Anciens du 329e et du 24e et de la plupart des sociétés.
Un défilé des troupes qui rendaient les honneurs, termina la cérémonie officielle, défilé dont la musique rythmait joliment la marche.

XXX

Aussitôt après, un autre cortège, venant de la Poissonnerie, se rendit devant le Monument de la Victoire.
Il était composé de la Société Havraise de tambours et clairons et Réveil des Acacias Réunis ; de la Fanfare Gravillaise, précédant MM. Cottard, président ; Le Bourlier et Louédin, vice-présidents ; Frandsen, trésorier ; Petit, trésorier adjoint ; Lefrançois, secrétaire ; Demetz, secrétaire adjoint ; Scheuffel, Tassilly, Jouanne, Bonnard, Bourrienne et Vigarié, administrateurs ; Renard et Zwegers, commissaires de Comité de Défense et des Fêtes des quartiers de la Poissonnerie, de la Gendarmerie et la Chaussée des Etats-Unis, qui avait organisé cette deuxième manifestation.
Derrière eux, venaient deux mutilés, portant une superbe couronne, puis les délégations de diverses sociétés avec drapeau, notamment les Cols Bleus, l’Union des Scaphandriers, le Groupe Amical du Haut Graville, la Société gymnique et de tambours et clairons La Voile.
Des délégations des enfants des écoles et du patronage Notre-Dame fermaient la marche.
Sur la place Gambetta, les membres du Comité se groupèrent avec les autorités présentes, tandis que les société se massaient près des autres. La Fanfare Gravillaise et les Sociétés de tambours et clairons restèrent sur la chaussée, face au monument.
Dans le silence le plus complet, les deux mutilés s’avancèrent et déposèrent au pied du mausolée leur superbe couronne.
Puis, après quelques instants de recueillement, la Fanfare Gravillaise interpréta brillamment la Marche Funèbre de Chopin. Pendant ce temps, garçons et fillettes vinrent déposer de coquets petits bouquets de fleurs multicolores.
Un cortège général se reforma et, aux accents d’alertes pas redoublés, les divers groupements défilèrent entre une double haie de curieux.
Et, la manifestation officielle terminée, l’on vit bon nombre de mères de familles fleurirent à leur tour le Monument de la Victoire.

XXX

Ajoutons que dans l’après-midi, l’Union régionale des patronages catholiques, vint, à son tour, déposer des couronnes au pied du mausolée.